RENT : retour sur nos tables rondes

 

A l’occasion du salon RENT qui avait lieu en octobre dernier rassemblant plus de 9000 visiteurs, 3 sujets d’actualité étaient abordés lors des tables rondes organisées par le Groupe SeLoger. Découvrez dès à présent les replays pour ne rien manquer des nouveautés et conseils de nos experts.

 

Emerger sur le digital, le nouvel enjeu des professionnels de l’immobilier

La présence des professionnels de l’immobilier sur le digital est devenu un enjeu majeur pour émerger et se distinguer de la concurrence. Aujourd’hui, les professionnels doivent communiquer là où les porteurs de projet vont, c’est-à-dire partout. La multiplicité des supports permet une mémorisation plus grande et la technologie permet de mieux cibler les prospects.

C’est pourquoi, le Groupe SeLoger propose à ses utilisateurs l’offre Expert 360 en partenariat avec Criteo : une visibilité forte pour l’enseigne, sur les 2 portails les plus puissants du marché, mais aussi sur les sites à forte notoriété comme Le Monde ou L’Equipe, et des contenus personnalisés valorisant l’expertise du professionnel.

Pour échanger autour de ce sujet : Nicolas Rieul (Directeur Général de Criteo France), Christophe Al Youssef (Directeur de l’agence Century 21 à Sèvres), Léa Maestracci (Responsable Mise en Marché Ancien du Groupe SeLoger) et Florent Guiocheau (Chief Data Officer du Groupe SeLoger).

Découvrez le replay de la table ronde « Faire émerger votre expertise sur le digital : un indispensable pour devenir le N°1 de votre secteur » en cliquant ici

 

L’immobilier de luxe en 2022, un marché unique : découvrez les nouveaux usages de vos prospects

Notre équipe du marché Luxe était également présente sur le RENT pour vous apporter toute son expertise. Le marché de l’immobilier de luxe est un secteur de niche et impose les professionnels à s’adresser à leurs clients de manière privilégiée.

 


Les besoins et les attentes évoluant constamment, Solange Roblot et Marie Courtois (Chargées de projet Luxe pour le Groupe SeLoger) font le point sur les nouveaux usages des prospects pour l’année à venir.

Découvrez en replay l’intervention de notre équipe Luxe en cliquant ici >>

 

 

L’impact de l’essor des villes moyennes sur le marché de la construction

Du côté du marché de la Construction, on constate que la crise sanitaire a eu un impact fort et notamment sur les villes moyennes. En effet, l’exode des grandes villes a créé une forte incidence sur les villes moyennes qui doivent accueillir de nouveaux résidents aux habitudes différentes. Une mutation qu’il faut réussir à mettre en place du point de vue de tous les acteurs du marché de la construction.

 

Pour échanger sur ce sujet, Cécilia Ranson (chef de marché Construction pour le Groupe SeLoger) et David Lacroix (Président IDF du Pôle Habitat FFB) sont les experts pour faire un bilan de l’impact de cet essor.

Cliquez ici pour découvrir le replay >>

Les 5 qualités essentielles d’un agent immobilier en 2021

 

Avec un marché haussier et des prix toujours plus élevés, l’immobilier ne cesse d’attirer de nouvelles recrues. D’après la plateforme LinkedIn, l’agent immobilier fait partie du top 3 des professions les plus recherchées (1). Si faire preuve d’un excellent sens du contact et d’une grande sociabilité est indispensable pour réussir, ce n’est pas suffisant ! Groupe SeLoger vous dévoile les qualités essentielles d’un agent immobilier en 2021.

 

Communiquer avec aisance et pertinence

Vendeurs, acheteurs, locataires, bailleurs… votre métier vous amène à entrer en contact avec un nombre important d’interlocuteurs. Vos journées sont rythmées par une multitude de conversations et d’interactions. Pour être un bon agent immobilier en 2021, il est donc essentiel de savoir communiquer.

Pour concrétiser vos ventes, vous devez être en mesure de poser les bonnes questions, de mettre en confiance vos clients et de démontrer vos compétences professionnelles. Pour certains, cette qualité d’échange est innée. Pour d’autres, il sera nécessaire de la travailler afin de devenir le meilleur agent immobilier 2021.

 

Être capable d’utiliser les réseaux sociaux

C’est l’une des grandes révolutions du métier d’agent immobilier ces dernières années. Il ne suffit plus de savoir naviguer sur Internet et de publier une annonce sur un site. Le professionnel doit être en mesure de manier les réseaux sociaux et d’entretenir sa e-réputation. LinkedIn, Facebook ou encore Instagram et Twitter vous permettront de toucher une clientèle plus large et d’accroître le volume de vos transactions.

Grâce à une présence effective et maîtrisée sur les réseaux sociaux, l’agent immobilier est en mesure de :

> Valoriser sa marque immobilière
> Mettre en avant son expertise immobilière
> Accroître ses prospects
> Développer sa notoriété

 

Bon à savoir : Agent immobilier, un métier de plus en plus technique

Pour être performant, vous devez être en mesure de proposer à vos clients des outils digitaux adaptés. Visite virtuelle, signature électronique et photos de qualité sont autant de services indispensables à proposer dans votre agence.

 

Savoir écouter son client

Parler aisément est important, mais savoir tendre l’oreille et prendre en considération les demandes de ses clients demeure l’une des qualités essentielles d’un agent immobilier en 2021.

Pour réussir une transaction immobilière, vous devez en effet comprendre les critères et les attentes de vos clients. Cerner leurs besoins et leurs contraintes vous permet de leur proposer des biens adaptés. Inutile donc de leur proposer des appartements trop éloignés de leur lieu de travail si leur objectif est justement de s’en rapprocher.

 

Être organisé et rigoureux

Comme beaucoup d’agents immobiliers, vous êtes sans doute indépendant et donc libre d’organiser vous-même votre emploi du temps. Il s’agit d’un avantage non négligeable de ce métier, mais gare aux étourdis et aux désordonnés ! Cette liberté implique un grand sens de l’organisation pour ne pas vous éparpiller au risque de louper des opportunités.

Une fois votre emploi du temps bien établi, vous devez faire preuve d’une grande rigueur. Suivi, accompagnement, réactivité… prenez soin de votre clientèle. Vous avez un message d’un potentiel acheteur ? Un vendeur a une question à vous poser ? Ne tardez pas à les rappeler. Pour offrir un service de qualité à vos clients, l’idéal est d’instaurer des procédures claires et systématiques.

 

Savoir négocier : une qualité clé de l’agent immobilier

La négociation est évidemment une partie importante du métier d’agent immobilier. Elle concerne à la fois le prix d’affichage du bien, le prix de vente et le montant de votre commission.

Pour conclure des transactions, vous allez devoir prendre en considération les arguments de l’acheteur et du vendeur. L’objectif : trouver un compromis satisfaisant pour les deux parties. Pour cela, vous devez faire preuve d’amabilité, de bienveillance, de diplomatie et de force de persuasion.

 

Bon à savoir : Des compétences juridiques à ne pas négliger

Le métier d’agent immobilier est aujourd’hui de plus en plus complexe. Pour fournir un service de qualité à vos clients, vous devez impérativement connaître les règles légales fondamentales applicables au compromis de vente et à l’acte authentique. Une expertise plus poussée en matière par exemple de loi de défiscalisation immobilière ou de viager peut vous permettre de vous démarquer de vos concurrents. 

 

Le métier d’agent immobilier est une profession en perpétuelle évolution. Ne restez pas sur vos acquis. Pour accroître le volume de vos ventes, veillez à vous tenir informé des dernières évolutions légales, techniques ou technologiques. 

(1) Source : https://www.businessinsider.fr/les-15-metiers-les-plus-recherches-en-france-selon-linkedin-173317#1-delegue-a-la-protection-des-donnees

Digitalisation : à quoi ressemble l’agent immobilier « augmenté »

Depuis plusieurs années, le secteur de l’immobilier évolue au rythme de la transformation digitale. Alors que la dématérialisation gagne du terrain et que les contrats de bail s’automatisent, le métier d’agent immobilier doit s’adapter à ces changements. On assiste à une montée en puissance de l’agent immobilier augmenté, qui allie la technologie et le côté humain. En quoi la digitalisation impacte-t-elle le quotidien d’un agent immobilier ?  

 

Agent immobilier, un métier qui ne cesse de se digitaliser

Petit à petit, le monde de l’immobilier s’émancipe de son mode de gestion traditionnelle. Les outils numériques ne cessent de se moderniser et les clients sont de plus en plus friands d’innovation dans ce secteur qui continue de briser les codes établis. L’agent immobilier se trouve au cœur de cette digitalisation. Que ce soit en indépendant ou au sein d’une agence immobilière, il a l’opportunité de gagner en compétence, en transparence et en efficacité grâce à cette transformation numérique qui s’opère.

De nouveaux outils immobiliers digitalisés

Aujourd’hui, l’agent immobilier augmenté doit maîtriser les nouveaux outils digitaux devenus indispensables dans ses missions quotidiennes :

 

– La prospection : des outils comme Joyom, Lokimo et Immobserver permettent de mettre en place une automatisation de la recherche de mandats en récupérant des informations localisées et ciblées. Non seulement vous visualisez les dynamiques du marché en temps réel mais vous accédez plus rapidement à de meilleures opportunités.

 

– La vente : plusieurs outils digitaux d’aide à la vente se sont mis au service des agents immobiliers. C’est notamment le cas des logiciels de modélisation 3D tels que 3DFH qui permettent aux futurs acquéreurs de se projeter plus facilement leur éventuel futur logement. C’est également le cas des logiciels de home staging tels que iStaging qui proposent une visualisation immersive et qui aident à valoriser les biens .

 

– Le côté relationnel avec les clients : plusieurs outils de visite virtuelle tels que EnVisite et VirtualVisit ont vu le jour. En plus de présenter vos mandats de manière innovante et d’améliorer la visibilité de vos biens immobiliers, vous vous démarquez de la concurrence et offrez une bonne expérience client. Tous les outils de dématérialisation tels que la signature électronique permettent aussi aux agents immobiliers et aux clients de gagner du temps dans les démarches inhérentes à la location, à la mise en vente ou à l’acquisition d’un bien.

 

– La communication : qui dit agent immobilier augmenté dit présence indispensable sur les réseaux sociaux. La digitalisation du secteur est intimement liée à Twitter, LinkedIn, Facebook ou encore Instagram. Un agent immobilier actif sur les réseaux sociaux pourra contribuer à gagner la confiance des futurs clients : pour ce faire, il doit relayer des contenus pertinents, utiliser les bons hashtags, répondre rapidement aux questions posées par les internautes, etc.

 

Qu’est-ce qu’un bon agent immobilier augmenté ?

Le secteur de l’immobilier évolue rapidement. En ce sens, un bon agent immobilier doit être capable d’apporter son expertise du marché aux vendeurs et aux acquéreurs. Pour se tenir au courant des nouvelles réglementations ou des dernières tendance, une veille approfondie est indispensable. Pour se faire, plusieurs outils de veille peuvent être mis en place. En plus de Google Alerts, des solutions spécialement conçues pour les agents immobiliers (comme Yanport) existent et permettent d’accéder au marché en temps réel pour ne passer à côté d’aucune information ni d’aucune opportunité.

L’agent immobilier du futur, un agent immobilier 100% augmenté ? Certes, les outils digitaux seront indispensables. Cependant, le côté humain et les liens sociaux ne doivent pas disparaître pour autant. Les rencontres avec les habitants du quartier, les propriétaires et autres futurs acquéreurs continueront à être des piliers dans le quotidien d’un agent immobilier.

 

Agents immobiliers, nos 5 conseils pour digitaliser votre rentrée de mandats

A l’heure de la transformation digitale, de nombreuses solutions permettent aux agents immobiliers booster leur rentrée de mandats. Désormais, les leviers traditionnels ne suffisent plus pour capter des leads ! Aux agents immobiliers « augmentés » de tirer profit des solutions digitales qui s’offrent à eux. Tour d’horizon des outils qui deviendront indispensables pour trouver de nouveaux mandats.

 

Tirer profit de vos réseaux sociaux

Qui dit digitalisation des rentrées de mandats dit utilisation optimale des réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram, ou LinkedIn sont autant de chances de capter de nouveaux leads grâce à une stratégie d’inbound marketing. Comment un agent immobilier peut-il procéder ?

 

– Soyez actif : publiez des contenus informatifs pertinents, relayez des nouvelles concernant votre agence et le secteur immobilier en général, répondez aux questions qui vous sont posées… En bref, montrez votre expertise pour gagner la confiance des internautes et les inciter à vous confier leurs biens.

 

– Mentionnez et suivez les bons hashtags en les adaptant à votre localisation : #immobilier, #vente, #paris, #paca, #avendre, #location, etc. L’objectif ? Capter les bonnes cibles.

 

– Lancez des campagnes publicitaires qui augmenteront votre visibilité sur les réseaux sociaux et vous permettront de vous démarquer des concurrents, le but étant de toucher un grand nombre de prospects et de rentrer davantage de mandats exclusifs.

 

Valoriser vos biens immobiliers pour séduire les propriétaires

Les logiciels favorisant la digitalisation du secteur de l’immobilier sont de plus en plus nombreux. Aux agents immobiliers de se former afin de tirer profit de ces nouvelles solutions ! L’utilisation d’outils spécialisés dans la visite virtuelle, les plans 3D, les photos 3D, les photos aérienne (drone), ou encore le home staging montre que l’agence immobilière est résolument tournée vers l’avenir et sait mettre en valeur les biens en vente et en location. Autant d’outils digitaux innovants qui peuvent inciter les propriétaires à confier leurs biens immobiliers à votre agence.

 

Digitaliser votre prospection grâce à des applications mobiles

Autre solution pour digitaliser la rentrée de mandats : l’utilisation d’applications spécialement conçues pour les professionnels de l’immobilier 2.0. C’est notamment le cas le Lici, disponible sur Google Play et sur l’Apple Store, dont l’objectif est de simplifier et de digitaliser le travail de prospection des agents immobiliers augmentés. Grâce à des applications mobiles comme Lici, les agents immobiliers accélèrent la rentrée de mandats exclusifs qui correspondent à leurs critères de recherche, et ce depuis une tablette ou un smartphone. Ils ont l’avantage de se pouvoir se connecter rapidement et de travailler en mobilité.

Automatiser votre recherche de mandats

Quand on parle de d’outils permettant de digitaliser la rentrée de mandats, on pense également à l’automatisation. La recherche de mandats peut devenir chronophage, ce qui laisse moins de temps aux missions à plus forte valeur ajoutée. Les agents immobiliers ont donc tout intérêt à utiliser des solutions permettant d’automatiser leur veille. Parmi elles se trouvent Joyom et Immobserver, deux outils de prospection immobilière. En enregistrant leurs critères de recherche, les agents immobiliers sont prévenus dès que des annonces correspondent : un moyen efficace de trouver de nouveaux mandats et de ne rater aucune annonce.

Montrer votre expertise lors de l’estimation d’un bien

La rentrée de mandats passe aussi par une estimation précise des biens de vos prospects. En tant qu’agent immobilier, vous devez montrer que vous êtes un expert du secteur géographique dans lequel vous évoluez. Des outils comme Jestimo vous permettent d’estimer un bien avec précision en se basant sur un historique des transactions sur quinze ans, sur les tendances du marché, sur les profil de la population, etc. L’objectif ? Convertir vos estimations en mandats.

 

 

La digitalisation, une opportunité à saisir pour les agents immobiliers

Depuis plus de dix ans, le métier d’agent immobilier est en pleine mutation. Dématérialisation des outils, omniprésence des réseaux sociaux, automatisation de la prospection… A l’heure où la transformation digitale bouleverse le monde de l’immobilier, quel avenir pour la profession d’agent immobilier, en première ligne face à ces changements ? Quelles tendances d’ici 2025 et 2030 ?

 

Un agent immobilier de plus en plus digitalisé

L’objectif d’un agent immobilier indépendant ou salarié ? Faire en sorte que son agence immobilière reste toujours compétitive face à la concurrence. Pour ce faire, il est crucial que cette profession soit capable de s’adapter à l’arrivée sur le marché d’outils informatiques toujours plus poussés. Depuis quelques années, on parle d’agent immobilier augmenté, celui-ci devant travailler avec de nouveaux outils digitaux.

 

Une recrudescence des outils numériques

Ces dernières années, les outils numériques n’ont cessé de se développer dans le secteur de l’immobilier. Automatisation de la veille, dématérialisation des factures, signature électronique, visite virtuelle, service d’automatisation juridique des contrats de bail… D’ici 2025 ou 2030, ces solutions digitales vont se démocratiser et se perfectionner. Quelles seront les tendances sur les cinq ou dix années à venir ?

 

– Des visites virtuelles toujours plus immersives de biens immobiliers : si les annonces comportant une possibilité de visite virtuelle sont de plus en plus nombreuses, elles sont encore largement minoritaires par rapport aux annonces traditionnelles avec photos. A l’avenir, la visite virtuelle sera incontournable et aura bénéficié des progrès technologiques, notamment via la démocratisation des casques de réalité virtuelle.

 

– Du home staging personnalisé : quoi de mieux que de visualiser un logement rénové et/ou aménagé à son goût pour favoriser l’acte d’achat ? Les logiciels de home staging sont de véritables alliés pour l’agent immobilier qui aident les futurs acquéreurs à se projeter.

 

– Des états des lieux réalisés sur smartphone : adieu la traditionnelle feuille de papier ! Désormais, de plus en plus d’états des lieux sont réalisés via des applications mobiles et sont stockés dans le cloud. Chiffrage immédiat des travaux à réaliser, signature numérique, inventaire du mobilier, état comparatif entre l’entrée et la sortie… les fonctionnalités sont de plus en plus nombreuses et précises.

 

Toutes ces solutions numériques feront gagner de plus en plus de temps à l’agent immobilier augmenté. Petit à petit, celui-ci pourra se libérer des tâches chronophages pour se consacrer à des missions à plus forte valeur ajoutée, à savoir l’aspect relationnel (conseils aux futurs acquéreurs, gestion des négociation entre les propriétaires et les acheteurs, etc.).

 

2030 : quel environnement de travail pour l’agent immobilier augmenté ?

Qui dit digitalisation grandissante du secteur de l’immobilier dit profonde mutation du métier d’agent immobilier. Quel avenir pour cette profession ?

Moins de déplacements à prévoir pour les agents immobiliers ?

A l’avenir, les agents immobiliers passeront moins de temps sur le terrain, notamment grâce aux visites virtuelles proposées au sein de l’agence ou directement sur les écrans des futurs acheteurs. L’avantage ? Un nombre accru de visites, y compris pour des biens situés à l’étranger, réalisées en un temps record.

Une possibilité de continuer à se former grâce à l’omniprésence du digital-learning

On l’a vu : le monde de l’immobilier est en perpétuelle transformation. Pour rester expert dans son secteur, l’agent immobilier augmenté a tout intérêt à se former régulièrement aux nouvelles technologies et à l’évolution des bonnes pratiques. A l’heure du digital, les écoles supérieures de l’immobilier proposent déjà de nombreuses formations en e-learning pour permettre aux agents immobiliers de monter en compétences : « Home staging, bases déco pour la mise en valeur », « Initiation à la photographie immobilière », « Se différencier en communiquant » (utilisation des réseaux sociaux, publicité numérique, etc.)…

L’essor des flagships face aux nouvelles attentes des consommateurs

Depuis le deuxième semestre 2018, les ouvertures de flagships à Paris et en province se multiplient. En effet, l’importance du digital n’est plus à prouver dans le retail, mais désormais la dématérialisation des échanges entre les consommateurs et les marques ne suffit plus à véhiculer leurs valeurs.

En 2018, les marques ont misé sur les flagships

L’année dernière a été marquée par un grand nombre d’ouvertures emblématiques de flagships à Paris avec la « Maison » Louis Vuitton Place Vendôme, le premier magasin Urban Outfitters rue Rivoli et l’association des marques l’Occitane en Provence et Pierre Hermé sur les Champs-Elysées. Les grandes métropoles françaises ne sont pas en reste avec l’ouverture d’un Zara au cœur du Vieux Lille sur 3 000 m², d’Uniqlo sur 2 000 m² à Toulouse et sur 1 200 m² à Nantes. En 2019, les ouvertures de flagships seront toutes aussi importantes, à commencer par l’annonce d’un nouveau flagship Nike sur les Champs-Elysées, qui reste un lieu d’implémentation très stratégique pour les marques.

S’il est aussi important pour les marques de disposer de flagships, c’est avant tout parce qu’ils reflètent le visage de l’entreprise et ses valeurs. La qualité d’un flagship ne réside pas seulement dans la taille du magasin mais surtout dans la beauté « architecturale » des lieux, le prestige de l’adresse et la singularité de l’expérience offerte aux clients, qui se veut spéciale et différenciante. 

Une tendance au phygital

Si l’on a connu il y a quelques années l’ascension des pure-players dans les industries de la mode et de la beauté notamment, on observe à présent de plus en plus d’acteurs du e-commerce qui cherchent à élargir leur présence en investissant dans des points de vente physiques. Deux leviers principaux expliquent ce choix :

Birchbox, leader américain de la box beauté illustre parfaitement cette tendance. À l’origine un pure player du web, la marque a ouvert en 2017 son flagship où est disponible l’ensemble des produits présents sur le site, permettant au client de créer la box beauté adaptée à son humeur du jour.

 

Flagships de prêt à porté

Les nouvelles attentes changent le visage des flagships

A cause de la digitalisation du monde dans tous les secteurs, les consommateurs ont maintenant de nouvelles habitudes de consommation et leurs demandes envers les marques évoluent. Dans un monde où le parcours client est pensé pour faciliter l’acte d’achat de manière décentralisée, il est extrêmement important que les flagships apportent une vraie valeur ajoutée.

Pour répondre aux attentes des consommateurs toujours plus exigeants, les codes des flagships évoluent. Trois tendances se démarquent ainsi :

Une expérience digitale

En 2019, l’heure est à la connectivité que ce soit celle des immeubles ou celle des magasins, il n’y a plus de doute sur le fait que le digital conditionne l’expérience client. Il est essentiel pour les marques de placer leurs clients au cœur de leur stratégie pour ainsi leur offrir une expérience inédite. On observe ainsi cette tendance chez les marques de lingerie Etam et Undiz qui proposent depuis fin 2018, un flagship commun et inédit sur les Champs-Elysées. Ce dernier met à disposition des cabines connectées où les clientes peuvent, via une tablette, demander une autre taille, consulter les avis des clients et parcourir les articles similaires disponibles.

Des marques socio-responsables

Les habitudes de consommation ne sont plus les mêmes, nous passons d’une consommation inconsciente à une consommation consciente voire engagée, dont l’exemple le plus prégnant est le mouvement zéro déchet. De même, les marques cherchent à améliorer leur impact sociétal et environnemental avec notamment des politiques de transparence et des « mouvements verts », qu’elles transmettent à travers leurs flagships. La marque de prêt-à-porter Stella McCartney par exemple, a ouvert l’année dernière un flagship éco-responsable, décoré de matériaux naturels et meublé de mobilier recyclé réalisé à la main, dans le centre de Londres.

Des concepts hybrides

Les enseignes sont prêtes à tout pour que leurs clients passent de plus en plus de temps en point de vente et vont jusqu’à s’associer avec d’autres marques dans une logique de coopétition, comme L’Occitane et Pierre Hermé, qui ont ouvert leur flagship au 86 avenue des Champs Elysées. Les flagships sont ainsi l’occasion de donner lieu à des collaborations et des formats inédits toujours avec la volonté d’améliorer l’expérience client.

Les nouvelles attentes des consommateurs révolutionnent le format du flagship. Les marques, qui auparavant misaient exclusivement sur la mise en avant théâtrale de leurs produits doivent désormais redoubler d’innovations pour répondre à l’ensemble des codes du marché.

Bâtiments connectés, solidaires : un nouvel enjeu pour les promoteurs ?

En décembre 2017, le gouvernement signait la charte « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires » sur le salon de l’immobilier d’entreprise. Pourquoi la digitalisation du secteur de la construction est-elle indispensable ? Quels enjeux pour les promoteurs immobiliers ?

Bâtiments connectés et solidaires : un constat et une opportunité pour les promoteurs immobiliers

Aujourd’hui, plus de la moitié des Français ont un smartphone (61 %) et un peu moins d’un Français sur deux possède une tablette (46 %). Une enquête révélait qu’environ 84 % des cadres rencontraient des problèmes de connexion dans le cadre de leur travail et que, pour 86 % d’entre eux, cela les empêchait de travailler. Côté salariés, le constat est le même : 59 % d’entre eux constatent une mauvaise connexion au travail. Ce nouveau mode de vie, ainsi que les problématiques qu’il engendre, a donc ouvert de nouveaux horizons pour les promoteurs immobiliers : les bâtiments connectés. En effet, le secteur du bâtiment présente une marge de développement considérable dans le domaine du numérique, et ce dans tous les postes d’intervention (construction, rénovation, gestion de données, service à la personne, etc.).

De ce constat a découlé, en décembre 2017, la signature de la Charte « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires ». Destinée à accélérer la transformation numérique du secteur de l’immobilier. Un an plus tard, près de 130 signataires ont signé le document.

La digitalisation du bâtiment : quels objectifs ?

Ce projet ambitieux veut faire du bâtiment connecté et solidaire un bâtiment plus humain. Celui-ci améliorera le confort d’usage et la qualité de vie dans les logements, les écoles, les bureaux, etc.
Le bâtiment de demain doit être connecté pour répondre aux nouvelles attentes des usagers, dans le cadre privé et professionnel. Ainsi, il doit permettre aux entreprises et à leurs collaborateurs de pérenniser leur activité grâce à de nouvelles formes de travail et de nouveaux services permis par le numérique. En outre, le bâtiment connecté doit pouvoir proposer des solutions de vie aux personnes en situation de handicap, indépendantes ou âgées par l’intermédiaire de ses services, qui créent du lien social.

Enfin, la digitalisation du bâtiment doit également être une réponse aux problématiques environnementales, notamment en apportant plus de confort et en créant de l’innovation technologique (pilotage à distance, outils et services adaptés à chaque habitant).

Les défis des bâtiments de demain

La Charte « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires » définit un cadre de travail reposant sur six thématiques:

Le bâtiment connecté : l’immobilier écologique et sécurisant

En renforçant la performance environnementale, notamment grâce à une gestion de l’énergie optimisée, les bâtiments connectés poursuivent la nouvelle tendance dans le secteur immobilier : celle de l’écologie responsable. Un grand nombre de startups se positionnent d’ailleurs sur ce marché. Proposant leurs solutions aux grands promoteurs immobiliers français (suivi direct et contrôle de la consommation, vidéosurveillance, domotique, etc.).
Le développement d’un sentiment de confiance chez les usagers, afin de les rassurer sur l’utilité et la rentabilité des bâtiments connectés, l’encouragement des professionnels à expérimenter le bâtiment connecté, la création d’un observatoire qui recensera les opérations pilotes sont les prochaines étapes de ce projet d’avenir.

Les bâtiments connectés ont été pensés pour répondre aux nouveaux défis de la société. Ainsi, la digitalisation de nos vies a donné naissance à une nouvelle forme de marché immobilier, plus humain, plus solidaire. Aux promoteurs immobiliers revient maintenant la mission de concrétiser ces grands projets.

Amivac, notre portail de location saisonnière fait peau neuve 

Depuis 2002, AMIVAC propose un service de mise en relation directe entre un loueur et un vacancier. Nous sommes fiers de vous annoncer en exclusivité la sortie imminente de la nouvelle version du site AMIVAC !

Location-saisonnière-amivac

Quoi de neuf sur Amivac ?

Avec une refonte complète de l’ergonomie du site, Amivac conservera son identité tout en vous proposant de nouvelles fonctionnalités et la navigation sur mobile & tablette pour une plus grande efficacité de vos annonces de location saisonnière.
UX repensée, recherche par carte, meilleur référencement naturel, tout a été pensé et testé pour attirer plus de vacanciers sur vos annonces et ainsi maximiser les taux de remplissage de vos locations !

La location saisonnière se développe chez SeLoger

Depuis la création du pôle Vacances au sein du groupe SeLoger en 2009, l’activité de location saisonnière ne cesse de s’y développer et le groupe compte quatre sites piliers du marché en France. SeLoger Vacances, a‑Gites, Amivac et Vacances.com recensent aujourd’hui plus de 350 000 annonces et plus de 15 millions de visiteurs uniques par an.

Le marché de la location saisonnière en France et en Europe profite d’une croissance forte que SeLoger a pris le pari de soutenir en investissant dans la refonte de ses sites. Le site SeLoger Vacances a ainsi fait l’objet d’une refonte en 2017, avec succès car les performances du site ne cessent de croître. C’est aujourd’hui au tour d’AMIVAC !

Restez connectés, nous vous en dirons plus très bientôt !

A très bientôt sur Amivac !

Le carnet numérique du logement confirmé par la loi ELAN

Après de nombreuses incertitudes, la mise en place d’un « carnet numérique » pour chaque logement neuf et bientôt chaque logement ancien mis en vente est maintenue. Quel impact pour les promoteurs immobiliers ?       

 

Le carnet numérique du logement, officiellement intégré à la loi ELAN

Le carnet numérique du logement est une des mesures de la loi Elan. Ce dispositif innovant était initialement prévu par la loi de transition énergétique pour la croissance verte.
La préparation de la loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, ou « ELAN », a permis de réintroduire le principe du carnet dans ce texte, à son article 55 ter. Les réserves initiales émises par le Conseil d’État ont entraîné la disparition soudaine de cet article… puis sa réapparition à l’initiative de la commission des lois de l’Assemblée nationale.
Au début du mois d’octobre 2018, la nouvelle est officielle : ce nouvel outil devrait bien voir le jour.

Le carnet numérique du logement : que faut-il retenir ?

Le carnet numérique peut être assimilé, par certains aspects, à un véritable carnet de santé du logement concerné. Selon la loi initiale de 2015, il a pour vocation de recenser l’ensemble des informations pertinentes pour « l’entretien, la performance énergétique et la bonne utilisation du logement », ce qui inclut donc des éléments tels que le diagnostic de performance énergétique, le suivi des travaux de rénovation ou encore l’entretien régulier de la chaudière gaz ou fioul. Le carnet offre une visibilité accrue aux propriétaires pour planifier des travaux ou des investissements à longue échéance, comme la réfection de la toiture par exemple.

Concrètement, le carnet numérique du logement n’a pas une forme matérielle, mais devrait se présenter comme une plateforme en ligne, facilement accessible depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette.

Quand devient-il obligatoire ?

Le carnet numérique, initialement, devait être obligatoire pour tous les logements neufs dont le permis de construire est délivré à compter du 1er janvier 2017. Au vu du retard pris pour l’entrée en vigueur du dispositif, cette date est finalement reportée au 1er janvier 2020.

Le projet ne s’arrête pas là et prévoit aussi l’obligation de créer un carnet pour tous les logements anciens qui feraient l’objet d’une cession à compter du 1er janvier 2025.

Quelques chiffres-clés :

– 11 projets lauréats ont procédé à une expérimentation du carnet en 2017.
– 3 040 carnets numériques ont été déployés au total.
– 3,5 millions d’euros ont été investis par les lauréats pour le développement des solutions technologiques.

Quel impact pour les promoteurs ?

Les spécialistes de la promotion immobilière devront accorder toute leur attention aux discussions et au vote final de la loi ELAN, afin de prendre connaissance de l’étendue exacte de leurs nouvelles obligations. Sachant que les promoteurs travaillent en permanence à un horizon de deux ou trois ans, et que la mise en œuvre du carnet est requise pour les permis de construire postérieurs au 1er janvier 2020, il est important d’intégrer immédiatement cette problématique dans le cahier des charges d’un nouveau projet.

Certains éléments de contenu n’auront qu’un impact marginal sur l’immobilier neuf, dont le dossier de diagnostic technique (plomb, amiante, termites, gaz et électricité). Il est toutefois possible qu’y soient ajoutés des informations de nature financière et le carnet d’entretien de l’immeuble dans le cas d’un logement en copropriété.

In fine, le carnet devrait représenter un véritable atout compétitif et un élément rassurant pour les acquéreurs, par rapport à des logements anciens dont l’historique sera peut-être difficile à reconstituer.

Les promoteurs immobiliers doivent anticiper l’entrée en vigueur du carnet numérique du logement, sans toutefois la craindre. Le dispositif devrait essentiellement reprendre des éléments qui relèvent déjà du devoir d’information du promoteur.

 

SeLoger neuf atteint un nouveau record avec plus de 100 000 contacts générés sur un mois

Cette fin d’année s’annonce prospère pour SeLoger neuf. La priorité du site d’immobilier neuf est de permettre aux utilisateurs de trouver le bien neuf qui leur correspond et d’aider les promoteurs à accroître leur notoriété et visibilité sur le site. C’est donc pour cela que les pages web sont quotidiennement améliorées dans une logique d’optimisation pour générer des leads.

Le site web SeLoger neuf, les nouveautés 2018 :

Nos équipes UX, marketing, produit et SEO ont travaillé en cohésion pour permettre une expérience utilisateur enrichie et plus de performances. Pour cela, quelques refontes de certains de nos produits ont eu lieu. Aujourd’hui, le site internet SeLoger neuf devient le site le plus visité avec plus d’un million de visites mensuelles. Il est donc positionné comme le site spécialisé immobilier neuf le plus visité de France.

Une évolution constante, avec des AB tests permanents :

L’AB testing est une stratégie permettant de comparer 2 versions d’un site le temps d’une période définie. Le concept est de présenter à un certain échantillon une version A, puis à un autre échantillon une version B. Cela permet par la suite d’adopter la version qui permet de générer le plus de lead.

Il existe différentes variables possibles lors d’AB test : un mot, une icône, un parcours différent ou une refonte d’une page. Voici quelques exemples d’AB test qui ont porté leurs fruits :

exemple-ab-test-seloger-neuf

Cet AB test réalisé en mars 2018 a permis de simplifier les formulaires de demande de brochure des programmes immobiliers. Avec nos équipes, nous avons étudié cette demande de lead de façon à encourager l’internaute à remplir les champs et de générer un maximum de lead tout en étant qualifié. Cette nouvelle version simplifiée du formulaire a permis de générer + 20% de lead.

En septembre 2018, un AB test en lien avec la nouvelle page de résultat a été mis en ligne. Cet AB test a permis de changer tout le design de la page de liste. Cette nouvelle présentation plus ludique pour nos utilisateurs permet de faciliter la recherche de son bien immobilier. Améliorer l’ergonomie et permettre une navigation plus fluide permet également de générer plus de leads qualifiés. C’est donc ce qui explique le succès de cet AB test refonte qui a permis de générer + 7% de conversion sur la nouvelle pas de liste.

nouvelle-page-liste-seloger-neuf

Nouveau record de lead pour SeLoger neuf :

Grâce à cette logique d’amélioration continue, SeLoger neuf a franchi la barre des 100 000 contacts mensuels générés en septembre 2018, soit une hausse de 50% par rapport à l’an passé. Ces remarquables résultats de contacts qualifiés démontrent tout l’intérêt de l’audience du site : des internautes ayant un réel projet d’achat ou d’investissement dans l’immobilier neuf.

 

En savoir plus sur les offres SeLoger neuf 

Choisissez votre activité :

Immobilier
Ancien
Immobilier
Luxe
Immobilier
Entreprise
Immobilier
Neuf
Immobilier
Construction